01/07/2017

Super Mamie du Roussillon

received_1430767630339585.jpeg

Le Comité officiel du concours Super Mamie de France avait choisi Joséphine Ségovia, jeune mamie villeneuvoise que nous avons présentée récemment dans ces colonnes (3/6) pour participer à la finale 2017 qui a eu lieu à Nice le 11 juin dernier. Après une première sélection aux Capellans de saint Cyprien, Joséphine est partie le 8 juin pour la Côte d'Azur, accompagnée de son époux, de sa fille Céline et de Julie sa petite fille de 3 ans. Accueillie dans une superbe résidence grassoise, le Domaine de la Tour Carrée*** de Peymeinade, elle a passée, dit-elle, "quatre jours de bonheur et de bonne humeur" avec les onze autres mamies sélectionnées. "Nous avons été coiffées, maquillées, parfumées par des professionnels qui nous ont choyées durant tout le séjour". La Fondatrice, Fabienne Ollier avait veillé à ce que tout soit parfait pour le confort de ses candidates qui, pour elle, "sont des femmes au parcours de vie exemplaire et dynamique, impliquées autant dans leurs familles que dans des associations et qui ont toutes, pour point commun: le don de soi."FB_IMG_1497469951408 - Copie.jpg Le 9 juin, après une première répétition du spectacle qu'elles devaient produire sur la scène de l'opéra, les mamies ont été présentées au jury composé de Mado la niçoise, Fabienne Thibault, Charlotte Julian, Fabrice di Falco et à la presse. Enfin le dimanche de l'élection arrivait et chacune devait offrir au public une production artistique personnelle et familiale. Joséphine et ses enfants dansèrent une gracieuse Sévillane qui dit-on "est la danse qui fait oublier tous les chagrins". Avec sa grande fille Céline et sa petite Julie, elles séduisirent  jury et  public par leurs passadas et leurs pasos harmonieux. Mais c'est la plus jeune, Julie, qui rafla la mise du succès tant le public apprécia ses figures et son allant. En fin de journée les résultats tombèrent et Joséphine obtint le prix de super mamie France Dimanche qui lui valut de nombreux cadeaux: bijoux, abonnements, parfums et comme toutes les autres candidates, un séjour d'une semaine à l'hôtel Sidi Mansour**** de Djerba. C'est Mado la niçoise qui conclut cette manifestation sympathique: "C'était avant tout le festival de l'amour, de la famille, de la solidarité et de la transmission." 

 

11:44 Publié dans Personnalité | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/06/2017

Super Mamie 2017 à Villeneuve

 

Segovia Joséphine 005.JPG

Le Comité officiel du concours Super Mamie France 2017 a choisi une villeneuvoise pour participer à sa finale qui aura lieu à Nice le 11 juin prochain. Après une première sélection qui a eu lieu aux Capellans à saint Cyprien, Joséphine Segovia est arrivée en tête devant 5 autres mamies de choc. Mère de quatre filles et de trois petits enfants (2filles, 1 garçon), elle a été Inscrite à son insu par Émilie, l'une de ses filles. Ayant courageusement relevé le défi elle a gagné sa sélection pour Nice où elle se présentera avec l'une de ses filles et l'une de ses  petites filles. Une fois sur la scène de l'opéra, car c'est là que se déroulera l'épreuve ultime, elle devra se présenter elle-même et ses enfants à leur tour diront un mot gentil pour la faire mieux connaître. Ce qui ne leur sera pas difficile. Joséphine est née en 1965 à  Jaen en Andalousie, est venue en France dès 19.. et a successivement habité Trèbes (34) et Perpignan. Villeneuvoise depuis 2008, elle a travaillé en boulangerie-pâtisserie, a été hôtesse de caisse à Canet puis a passé et obtenu son diplôme d'auxiliaire de vie qui lui a permis de travailler auprès des seniors pour lesquels elle nourrit une affection particulière. Aujourd'hui, bénévole auprès de ces personnes, elle partage son temps entre sa vie de mère et grand-mère de famille. Habile de ses mains elle manie le fil et l'aiguille de couturière et ne déteste pas les cours de gym et d'aquabike à la piscine de Pollestres. C'est une mamie de choc et de charme qui va représenter Villeneuve et le Roussillon tout entier. Souhaitons-lui de séduire le jury présidé par la fondatrice du concours Fabienne Ollier, Sophie Darel, Fabienne Thibeault, Mado la niçoise, Michel la Rosa, Fabrice di Falco comme elle a séduit ses compatriotes roussillonais.

Segovia Joséphine 001.JPG

09:00 Publié dans Personnalité | Lien permanent | Commentaires (0) |

15/04/2017

Succès populaire pour l’inauguration de la permanence de Jacqueline IRLES.

IMG_7749-1.jpg

Samedi 8 avril Jacqueline Irles a inauguré sa permanence au 9 bis boulevard Jacques Albert à Elne pour soutenir le programme de François FILLON et le démarrage de sa Campagne de candidate investie par le Parti Les Républicains pour les prochaines élections législatives. En présence de François Lietta Président Départemental des Républicains et de plusieurs autorités de la Circonscription, devant un public de plus de 300 sympathisants  elle a, dans un bref discours, rappelé qu'elle avait suivi tous les dossiers depuis les dernières élections de juin 2012 et défendu sa circonscription comme elle l'avait fait lors de son dernier mandat. Le verre de l'amitié républicaine a permis au public d'échanger des vœux et de partager des espoirs.

 

09:00 Publié dans Personnalité | Lien permanent | Commentaires (0) |

18/03/2017

Laurie Anne Perret, une personnalité

Villeneuve peut se flatter d'avoir une jeune et nouvelle diplômée de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN): Laurie Anne Perret. Lyonnaise d'origine et catalane d'adoption depuis 1999, elle s'est installée à Villeneuve avec sa maman en 2011.  Lycéenne au lycée Bon Secours en sciences médico sociales elle obtient son Bac en 2005 qui lui permit de s'inscrire en fac de droit à Perpignan. Après un Master II de droit administratif dont elle finit major, elle commença un doctorat en histoire du Droit en assurant parallèlement l'enseignement de cette matière dans cet établissement. Elle  aura ente autres  pour étudiants  le Conseiller municipal de Maureillas las illas Antoine Coppolani et Audrey  la fille de Jacqueline Irles.  Depuis 2015 elle enseigne l'histoire au lycée Bon Secours et poursuit en même temps un travail de recherches d''histoire médiévale au laboratoire du CNRS Jacov de Toulouse-Perpignan. C'est à cette époque qu'un professeur voyant son cursus d'études lui propose une formation à l'IHEDN au niveau régionale. Seule catalane pour 70 auditeurs elle soutiendra son rapport d'étude devant les autorités civiles et militaires en 2017 et obtiendra la reconnaissance du jury. Cette réussite lui permettra de travailler au sein de cette institution en tant qu'auditrice. Dès lors elle travaille l'information des civils sur les enjeux de la défense, de la citoyenneté et leurs problèmes environnementaux. Entre temps elle travailla pour le Président Sarkozy et fut élue en 2012 membre du comité de l'UMP dans la quatrième circonscription dont elle devint le Référent des jeunes. Puis, suite à l'élection de Jacqueline Irles aux municipales en 2014 elle devint  Directrice de son cabinet dans lequel, entre politique et juridique, elle s'occupait de la communication.   Jeune femme gaie et souriante, Laurie Anne aime la lecture et la musique. Rimbaud et Verlaine, mais aussi Hugo et Musset ont sa préférence et elle passe de longs moments avec Bach, Brahms et Rachmaninov, avec  tout de même un goût prononcé pour les héroïnes pucinniennes. La randonnée en groupe lui permet des contacts amicaux et de jolis moments de détente auprès des sommets et des lacs de la montagne catalane.

Capture LAURIE ANNE.JPG

Laurie Anne soutient sa thèse

09:00 Publié dans Personnalité | Lien permanent | Commentaires (0) |

28/01/2017

Portrait d'un pâtissier villeneuvois

Michel Vela 001.JPG

C'est l'histoire de Michel, un petit catalan qui aimait trop la crème à la vanille et qui s'en fabriquait en cachette chez lui quand sa maman n'était pas là. Mais un jour, une odeur de vanille qui flottait encore dans la maison le trahit et sa maman intriguée lui fit subir un interrogatoire serré. Après avoir avoué son forfait, il lui fit goûter sa préparation qu'elle ne trouva pas mauvaise et lui conseilla de continuer. C'est ainsi que naquit sa vocation de pâtissier. Tout seul devant sa casserole, les jeudis de vacances, le petit Michel mélangeait des parfums divers à ses préparations que sa maman appréciait de plus en plus. Elle l'encouragea à persévérer et c'est ainsi qu'il partit étudier à la Chambre des métiers de Perpignan. A 17 ans, muni de son CAP, il entra à la pâtisserie Camille rue Antoine Queya, car à cette époque on trouvait rapidement du travail. Il y fit pendant plusieurs mois un apprentissage poussé: la plonge, le ménage, le rangement. Puis enfin les bases proprement dites de la pâtisserie: pâtes à choux, feuilletée, sablée, brisée, génoise, viennoiseries, ainsi que toutes les crèmes, pâtissière, anglaise, au beurre et autres. Comme il avait aussi la tête en l'air, le tout fut ponctué de quelques séries de coups de pied au derrière dont il n'a pas gardé de trop mauvais souvenirs. Et ainsi cuirassé d'un nouveau savoir il fut embauché à Auchan où il apprit l'exactitude et le sérieux. Après deux années il entra chez Tarbouriech au Moulin à vent où il fit la rencontre de sa vie. Il travailla avec le chef pâtissier Robert Barajas qui compléta sa formation en l'initiant à la nougatine et au filage du sucre qui permet de réaliser de belles fleurs colorées. En même temps, devenu ami avec son chef, ils organisèrent de mémorables parties de pêche en mer au cours desquelles ils envisageaient de nouvelles recettes de gâteaux qui firent la réputation de Tarbouriech. Parallèlement, notre pâtissier était devenu un féru de la sardane et chaque dimanche il faisait des rondes avec le Group Catalunya de Perpignan avec lequel il remporta une jolie coupe qui trône encore sur son buffet. Enfin il termina sa carrière aux " Délices de Navarro" du Haut Vernet où il pâtissa durant 20 ans. Aujourd'hui, l'heure de la retraite a sonné et Michel ne pâtisse plus que pour sa famille ce qui fait que de temps en temps l'odeur de la vanille flotte encore dans son quartier.

Michel Vela 002.JPG

10:05 Publié dans Personnalité | Lien permanent | Commentaires (0) |

22/07/2016

Eloge de Ramon Casal

Lors des cérémonies du 14 juillet, Ramon Casal a été nommé chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur au titre d’ancien combattant cité et blessé. C’est au lieutenant colonel Jean Yves Bondy que revint l’honneur de faire son éloge : « Ramon Casal est né à Villagarcia en Galice le 06 novembre 1928. Il s’engagea le 06 novembre 1947 au sein de la Légion étrangère où il servit  brillamment durant 16 années entre l’Extrême-Orient, la métropole et l’Algérie. Pendant son activité, il s’est distingué de façon particulièrement exemplaire : Légionnaire  au sein de la 2e Cie il participa à l’écriture d’une page de gloire de cette unité.14 juillet 2016 002.JPG Lors de l’attaque du poste de Phu Tong Hoa par des milliers de rebelles le soir du 25 juillet 1948, alors que le commandant de la compagnie et son lieutenant sont mortellement blessés, Ramon, magnifique exemple d’audace et de ténacité dans l’effort, a participé avec ardeur aux contre-attaques repoussant les VM et récupérant des munitions.

14 juillet 2016 003.JPG Il sera cité à l’ordre de la division avec attribution de la croix de guerre T.O.E. avec étoile d’argent. Il avait 19 ans ! En 1950, démineur spécialiste actif et courageux en Extrême Orient, il se distinguera dans tous les combats et sera promu caporal le 1er octobre 1952. En 1953, il sera encore  cité à l’ordre de la division  et recevra la croix de guerre des TOE avec étoile d’argent  (par le Général de corps d’Armée de Linares Commandant les Forces terrestres du Nord Vietnam). Blessé grièvement par une mine, il sera évacué sur Hanoï et une nouvelle fois cité à l’ordre du corps d’armée avec attribution de la croix de guerre des TOE avec étoile de vermeil (par le Général de corps d’Armée NAVARRE commandant en Chef des Forces terrestres, Aériennes et Navales en Indochine). Ramon Casal rejoindra la métropole en octobre 1953 et œuvrera pour le recrutement de la Légion étrangère entre Perpignan et Marseille. Il sera promu CCH le 1er janvier 1956. Naturalisé français à Perpignan, il repartira en Algérie pour servir au 4ème  Régiment étranger et sa bravoure et son expérience seront appréciées lors des combats pour la pacification dans les Aurès. Il épousera Solange à Biskra le 2 mai 59. Elle lui donnera 5 enfants : Armelle, Raymond, Emmanuel, Henri et Hélène. Le 27 février 1960 La Médaille militaire lui est accordée à seulement 31 ans pour ses états de service exceptionnels. Enfin en 1962, dans la période difficile après l’indépendance, il participera  à la sécurisation du site de Reggane au cœur du Sahara, où s’expérimentait l'armement nucléaire français.

Libéré le 16 septembre 1963, Ramon Casal rejoindra sa famille en métropole à Baixas puis ils s’installeront en Moselle où Ramon fera une belle 2e carrière dans la sidérurgie. En 1997, il emménagera  avec Solange à Villeneuve de la Raho dans cette région qu’ils apprécient. Ses brillants états de service, lui ont valu  de multiples décorations parmi lesquelles  la croix du Combattant, La médaille de la reconnaissance de la Nation et la médaille des blessés. Ramon Casal  est membre fidèle et actif de plusieurs associations patriotiques et d’anciens combattants. Il a toujours servi la France avec Honneur et fidélité.

Patriote convaincu mais discret, il n’a jamais recherché la gloire ni les honneurs. Anonyme parmi la grande famille des anciens combattants, il estime n’avoir fait que son devoir. Aujourd’hui, c’est la France qui l’honore par cette décoration. La France peut être fière de ce soldat devenu fils de France non par le sang reçu, mais par le sang versé. » 

14 juillet 2016 005.JPG

 

 

09:00 Publié dans Personnalité | Lien permanent | Commentaires (2) |

10/04/2016

Visite de Monseigneur Norbert Turini

Jeudi 7 avril, Monseigneur Norbert Turini, poursuivant sa visite du diocèse, est venu passer la journée à Villeneuve. Il a été accueilli à 10h à la maison paroissiale par le curé Joseph et les membres de l’équipe. Le responsable, Pierre Roy, lui a présenté les différentes activités : Vie de l’église et ses différents offices, le catéchisme, l’intendance et l’Association paroissiale présidée par Marie Hélène Gracia. Un déjeuner  convivial réunissait ces responsables avec  Madame le Maire chez  Pierre Roy. A 14h30, Jacqueline Irles et son Conseil Municipal  recevait l’évêque à la salle des fêtes pour une présentation du village. Après avoir retracé son parcours personnel niçois et cadurcien elle le remerciait de sa venue et lui donnait la parole. «  La mission de l’église, a-t-il dit, accueil de l'évèque 006.JPGs’exerce dans une France laïque et républicaine, d’où l’importance de tisser des liens avec la population et de construire des ponts plutôt que d’élever des murs. Depuis quatorze mois que je suis en pays catalan, je trouve mon bonheur dans la rencontre, le dialogue et l’échange. » Pour conclure et avant de visionner un film de présentation du village et de ce qui s’y vit, Jacqueline Irles offrit la médaille de Villeneuve à Monseigneur Turini qui se dit charmé et, non sans humour, ajouta qu’il déménagerait volontiers son évêché sur les bords du lac. L’après midi fut consacré à un circuit qui conduisit les personnalités à la chapelle saint Julien, à la salle polyvalente, dans la zone artisanale et sur les rives du lac où une agressive tramontane abrégea la promenade. Tout le monde se retrouva à l’église Saint Julien-sainte Baselice aux alentours de 18h30 pour une messe d’action de grâces animée par les enfants du catéchisme. La journée se termina au presbytère par un repas fraternel tiré du sac.

accueil de l'évèque 010.JPG

accueil de l'évèque 001.JPG

 

09:00 Publié dans Personnalité | Lien permanent | Commentaires (0) |