18/06/2017

Les pieds noirs se souviennent

journée pieds noirs 052.JPG

Samedi 10 juin, Jacqueline Irles a accueilli à la salle des fêtes l'Amicale Cerbérienne des Anciens d'Afrique du Nord  qui célébrait le 55 ème anniversaire de l'exode des pieds noirs d'Algérie. A cette occasion, leur Président Marcel Valls et son épouse Marie Claude ont invité le groupe Copacabana d'André et Nicole Castaldo pour animer la journée. Dès 15h  la troupe des 15 artistes pieds noirs et catalans a déroulé le spectacle musical "cette année-là"  en interprétant des tubes des années 60 illustrés de chorégraphies pétulantes qui ont ravi le public  . A 18h30, un apéro "comme là-bas" a proposé kémia et anisette qui ont fini d'installer la nostalgie au cœur de chacun. C'était le moment opportun pour échanger les souvenirs du bled, de Mostaganem à Bab el oued et Constantine. Le public enchanté par cette journée jura qu'on l'y reprendrait l'année prochaine. 

journée pieds noirs 023.JPG

09:00 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |

23/11/2016

L'histoire du Fort de Vaux: conférence de Renaud Martinez

Vendredi 18 novembre, les Anciens Combattants et le Souvenir Français ont invité Renaud Martinez  à donner une conférence intitulée «  l’histoire du Fort de Vaux » devant une assistance intéressée.  Ma conférence, a-t-il commencé,  pourrait se résumer par « l’histoire d’un épisode glorieux au paroxysme du courage». Avec une sincère et profonde émotion, Renaud Martinez a captivé son auditoire en lui faisant revivre l’un des plus  grands moments de 1916. « Verdun : Mère des batailles » dont la prise du fort de Vaux fut l’un des sommets du courage et de l’abnégation des soldats français. Construit au début des années 1880 Renaud martinez portrait.jpgen maçonnerie ordinaire, le fort mesurait 180m x 90m et était ceint d’un fossé de protection équipé d’un pont levis à l’entrée principale. Sa caserne pouvait abriter 150 hommes. Elle fut renforcée en 1886 par une carapace de béton de 2,25m d’épaisseur. Deux casemates armées chacune de 2 canons de 75mm seront construites sur ses angles et deux citernes souterraines approvisionnaient le fort en eau potable.  Début 1916, le secteur de Verdun est calme et tranquille. C’est le 21 février qu’un torrent de feu s’abat sur Verdun. Une pluie continuelle de millions d’obus dont les explosions s’entendront depuis les Vosges ravagent le fort. Après la chute de Douaumont, Vaux reste la défense principale de Verdun. 8000 obus par jour le pilonneront jusqu’à combler ses fossés de défense. Le 53ème RI composés de poilus catalans qui le défend est décimé au tiers de ses hommes. Sous des bombardements toujours plus intenses, les bataillons français sont laminés, les citernes d’eau détruites et le fort est gazé. Pour se protéger des gaz on ferme les issues mais très vite l’air va manquer et il n’y a plus de lumière. La situation est telle que les allemands conjurent les français de se rendre. C’est alors que le commandant Raynal, bien que blessé, résiste seul avec 600 hommes aux assauts des troupes d'élites allemandes commandées par le Kronprinz, fils de l'empereur Guillaume II d’Allemagne. Assoiffées, dénutries, les troupes françaises combattront jusqu'à leur ultime limite, entravant ainsi l'offensive allemande. Leur résistance, qualifiée d'héroïque par l'état-major français, est considérée comme l'un des points de bascule de la bataille de Verdun, finalement remportée fin 1916 par l'armée française. « Le fort de Vaux deviendra alors l'un des symboles des combats des poilus de la Première Guerre mondiale animés par le sens du devoir jusqu'à l'ultime sacrifice. » 

renaud Martinez novembre 2016666666666666 002.JPG

13/06/2016

Honneur aux Maitres d’écoles morts au champ d’honneur

Mardi 7 juin au groupe scolaire Alfred Sauvy, l’éducation nationale, l’association du Souvenir Français et la Municipalité ont organisé conjointement une commémoration en l’Honneur des Maitres d’écoles morts au champ d’honneur pendant la guerre de 1914-1918.

En première partie de Cérémonie, dans la Cour de l’école primaire, les enfants des classes de CM1 et CM2 se sont réunis aux côtés de Madame le Maire, du président du Souvenir Français Yves Renard et de Madame Condamin , Inspectrice d’Académie venue pour l’occasion. Monsieur Renard a présenté le déroulement de la matinée. Les enfants ont par la suite lu des lettres de poilus datant des combats de la Grande Guerre. Ils ont également rappelé la biographie de Camille Bascu, maitre des écoles, habitant de Villeneuve et mort au combat en 1917. Une plaque commémorative en son honneur fût dévoilée sous le préau de l’école.

La seconde partie de la Cérémonie s’est déroulée autour du Potager de la cantine où la municipalité a fait planter il y a quelques jours l’arbre du souvenir : un Cerisier. Madame l’Inspectrice d’Académie s’est exprimée sur les Maîtres-Soldats des Pyrénées-Orientales engagés dans la première Guerre Mondiale. Madame le Maire, après son allocution, a félicité les enfants et les organisateurs pour leur investissement dans ce projet. Après une minute de silence demandée par le président du Souvenir Français,les enfants, accompagnés des personnes présentes, ont entonné la Marseillaise pour clôturer cette belle Cérémonie.

enfants CM1 &2  commémoration maître  soldat.jpg

09:21 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |

01/06/2016

Conférence 1916 l'année de Verdun

A l’occasion de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun, invité par les Anciens Combattants et le Souvenir français, Renaud Martinez  officier tradition dépositaire de la mémoire, de l’histoire, des traditions et des coutumes du 53ème régiment d’infanterie catalan, est venu vendredi 27 mai à la salle des fêtes donné une conférence intitulée « 1916 l’année de Verdun » devant une assistance intéressée.  Ma conférence, a-t-il commencé,  pourrait se résumer par « du sang, des larmes et du fer». Avec émotion, Renaud Martinez a captivé son auditoire en lui faisant revivre les grands moments de 1916. « Verdun : Mère des batailles dont les effets ont fait long feu… Fin 1915 Joffre décide de l’offensive dans la Somme. Pour prendre les français de vitesse, les allemands alignent 1 million d’hommes et 5000 canons. Leur pilonnage de Verdun s’entendra depuis les Vosges. Ils détruiront tout, les hommes et les arbres. Mais deux bataillons de chasseurs sous le commandement du colonel Driant vont se sacrifier pour arrêter l’offensive allemande. Malgré tout, les allemands s’empareront du fort de Douaumont qui permettait, de par sa position élevée, d’avoir une exceptionnelle vision du champ de bataille. Alors, le gouvernement nommera Philippe Pétain chef des armées dont la mission sera que Verdun ne tombe pas. Pour ce faire, il créera « la voie sacrée », véritable cordon ombilical de 56 km de long sur 7 m de large par où transiteront plus de 3000 camions par jour. Puis ce sera l’enfouissement dans les tranchées sous les bombardements continuels. Malgré la chaleur et la mitraille, les français ne perdront pas de terrain. Au mois d’avril, les villeneuvois Michel Malet et Vincent Olieu tomberont au chemin des dames. Ils ne seront pas seuls, déjà des dizaines de milliers de morts les ont précédés. Une garnison de catalans menée  par le commandant Reynal reprendra le fort de Vaux à 100 contre 1. C’est à la mi-juillet que les allemands feront une dernière tentative pour percer le front mais l’échec les conduira à tout arrêter et à se fortifier sur place. A cette époque les anglais aligneront les premiers tanks qui s’enliseront dans le bourbier du champ de bataille. Enfin, le 15 novembre l’offensive française sera stoppée par les trop grandes pertes, la pluie et les boues qui noient tout,  jusqu‘aux tranchées. Parmi les 66 000 morts français et les 136 000 blessés on comptera le villeneuvois Paul Amédée Alix dont les faits d’armes lui valurent la Croix de guerre avec trois palmes et la Légion d’honneur. Verdun 1916 : les français se sont battus pour défendre leur pays et y ont réussi. Joffre sera nommé maréchal de France et remplacé par le général  Nivelle qui préparera l’offensive du chemin de dames en 1917qui sera l’objet de la prochaine conférence de Renaud Martinez. Philippe louvetA l’occasion de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun, invité par les Anciens Combattants et le Souvenir français, Renaud Martinez  officier tradition dépositaire de la mémoire, de l’histoire, des traditions et des coutumes du 53ème régiment d’infanterie catalan, est venu vendredi 27 mai à la salle des fêtes donné une conférence intitulée « 1916 l’année de Verdun » devant une assistance intéressée.  Ma conférence, a-t-il commencé,  pourrait se résumer par « du sang, des larmes et du fer». Avec émotion, Renaud Martinez a captivé son auditoire en lui faisant revivre les grands moments de 1916. « Verdun : Mère des batailles dont les effets ont fait long feu… Fin 1915 Joffre décide de l’offensive dans la Somme. Pour prendre les français de vitesse, les allemands alignent 1 million d’hommes et 5000 canons. Leur pilonnage de Verdun s’entendra depuis les Vosges. Ils détruiront tout, les hommes et les arbres. Mais deux bataillons de chasseurs sous le commandement du colonel Driant vont se sacrifier pour arrêter l’offensive allemande. Malgré tout, les allemands s’empareront du fort de Douaumont qui permettait, de par sa position élevée, d’avoir une exceptionnelle vision du champ de bataille. Alors, le gouvernement nommera Philippe Pétain chef des armées dont la mission sera que Verdun ne tombe pas. Pour ce faire, il créera « la voie sacrée », véritable cordon ombilical de 56 km de long sur 7 m de large par où transiteront plus de 3000 camions par jour. Puis ce sera l’enfouissement dans les tranchées sous les bombardements continuels. Malgré la chaleur et la mitraille, les français ne perdront pas de terrain. Au mois d’avril, les villeneuvois Michel Malet et Vincent Olieu tomberont au chemin des dames. Ils ne seront pas seuls, déjà des dizaines de milliers de morts les ont précédés. Une garnison de catalans menée  par le commandant Reynal reprendra le fort de Vaux à 100 contre 1. C’est à la mi-juillet que les allemands feront une dernière tentative pour percer le front mais l’échec les conduira à tout arrêter et à se fortifier sur place. A cette époque les anglais aligneront les premiers tanks qui s’enliseront dans le bourbier du champ de bataille. Enfin, le 15 novembre l’offensive française sera stoppée par les trop grandes pertes, la pluie et les boues qui noient tout,  jusqu‘aux tranchées. Parmi les 66 000 morts français et les 136 000 blessés on comptera le villeneuvois Paul Amédée Alix dont les faits d’armes lui valurent la Croix de guerre avec trois palmes et la Légion d’honneur. Verdun 1916 : les français se sont battus pour défendre leur pays et y ont réussi. Joffre sera nommé maréchal de France et remplacé par le général  Nivelle qui préparera l’offensive du chemin de dames en 1917qui sera l’objet de la prochaine conférence de Renaud Martinez.

renaud martinez mai 16 001.JPG

Renaud Martinez et Yves Renard du Souvenir Français

09:00 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |

29/11/2015

NE PAS SUBIR

Renaud Martinez 003.JPG

Vendredi 27 novembre à 18h30 à la salle Polyvalente, devant un public intéressé mais peu nombreux, le Souvenir Français et les Anciens Combattants en collaboration avec la Municipalité ont  présenté une conférence de Renaud Martinez intitulée "Ne pas subir », retraçant le parcours des soldats du 253ème régiment d’infanterie, majoritairement catalan, au cours de l’année 1915.                                                                                             Officier Traditions  au 53ème RI, Renaud Martinez est professeur au Centre d' Études Stratégiques de l'Armée de Terre à l'école militaire de Paris et spécialiste en défense NBC (Nucléaire, Biologique, Chimique). Il nous dévoile un nouveau pan de cette tragique épopée commandée par le généralissime Joffre, partisan de l’offensive à outrance extrêmement coûteuse en vies humaines. Parmi ces offensives, il faut citer celle du Fortin de Beauséjour en février, perdu et repris plusieurs fois au cours desquelles pour la première fois, un simple homme de troupe recevra la légion d’honneur des mains de Joffre qui lui offrira la sienne. Puis, en mars la prise de la côte 196 par la 32ème division. A cette occasion, un villeneuvois Laurent Ballot sera tué. De février à avril les combats des Vosges et d’Alsace opposant les chasseurs alpins à l’artillerie allemande par -25° à 1200m d’altitude dévasteront des hectares de magnifiques forêts et feront de nombreux morts dont 2 autres villeneuvois :François Montade et Pierre Ribes. En mars et avril le front des Dardanelles coûtera de nombreux vaisseaux à la France et à la Grande Bretagne; les pertes françaises seront énormes dont Joseph Jifre, un autre villeneuvois. A cette époque s’ouvre aussi le front d’Orient qui verra l’utilisation du chlore et ouvrira la recherche des gaz toxiques de plus en plus efficace jusqu’à celle du « gaz moutarde ». En mai-juin, au cours de l’offensive en Artois, la Légion  étrangère se heurtera aux casemates bétonnées des allemands qu’elle enfoncera et sera citée 1fois. En septembre, l’offensive de Champagne très bien préparée par le commandement, verra 10 corps d’armée s’affronter aux allemands retranchés sur 25 kms. Leur fameuse mitrailleuse Maxime qui tiraient 600 coups à la minute les décimeront. Les villeneuvois Henri Gourbal , Antoine Auriach et Aimé Giral en faisaient partie. Dès lors les troupes sont démoralisées mais les allemands sont exsangues. C’est alors qu’en septembre et en octobre s’ouvrent les fronts d’Artois et de Champagne où un autre villeneuvois Paul Sarro sera tué. Joffre croyait que la guerre se terminait ; il n’imaginait pas qu’elle ferait encore des milliers de morts jusqu’en 1918. Il n’empêche que les combattants catalans ont montré à tous ce qu’était « la parole donnée, celle de défendre leur patrie jusqu’à la mort ».

09:00 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/11/2015

Journée du Souvenir 2015

Le 1er novembre la cérémonie de la journée du Souvenir s’est déroulée  au cimetière du village en présence de Madame le Maire, d'un représentant de la gendarmerie d'Elne et des présidents du Souvenir Français et des Anciens Combattants. De nombreux Villeneuvois ont assisté à ce moment de recueillement en mémoire des morts pour la France. La gerbe traditionnelle a été déposée par les autorités au monument du Souvenir Français et au Carré militaire. Après la cérémonie les participants se sont retrouvés salle Jules Olieu où Madame le Maire a fait une allocution qui précédait le vin d’honneur. La quête annuelle faite par le Souvenir Français de vendredi à dimanche a permis de récolter plus de 700 euros qui permettront d'entretenir et de fleurir les tombes et les monuments.

2015-11-01 .1ernov.SFcimetière.IMG_2400-1.jpg

09:00 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |

20/04/2015

Comme des fleurs d'héroïsme de Renaud Martinez

 

conférence R.Martinez 002.JPG

 

Jeudi 23 avril, à 18h le Souvenir Français et les Anciens Combattants en collaboration avec la Municipalité ont  présenté une conférence de Renaud Martinez intitulée "comme des fleurs d'héroïsme" à la salle des fêtes Paulin Gourbal. Officier Traditions au 53ème RI, Renaud Martinez est professeur au Centre d' Études Stratégiques de l'Armée de Terre à l'école militaire de Paris. Auteur de plusieurs livres dont "En avant quand même" et "Les disparus de la grande guerre" il a obtenu en 2001 le premier prix au salon du livre d'histoire de Mirepoix. Passionné par la première guerre mondiale, il a été fait chevalier du Mérite National ainsi que dans l'ordre des Palmes Académiques. Historien de formation, il décrit avec beaucoup de réalisme et de cœur le périple des soldats catalans de la guerre au départ de leur commune. Il évoque les faits d'armes du 53ème RI commandé par le lieutenant Colonel Salagnac, basé à Belfort dès le mois d'août 1914 qui s'illustra dans la bataille d'Alsace en ne cédant pas un pouce de terrain contre une armée 4 fois plus nombreuse. Le public intéressé et ému par l'épopée héroïque des anciens a longuement applaudi le conférencier qui a dédicacé ses ouvrages avec beaucoup de simplicité.

 

conférence R.Martinez 008.JPG

 

09:00 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |