31/01/2017

Royauté frangipane chez les Anciens combattants

galette ACPG 003.JPG

Samedi 28 janvier  les Anciens Combattants et le Souvenir Français ont tiré les rois à la salle jules Olieu. De nombreux s'étaient joints à eux pour déguster les excellentes galettes et le petit cidre de circonstance. Frangipane ou fruits confits, il y en eut pour tous les goûts et les chanceux furent couronnés sous les vivats de l'assemblée en attendant de se réunir pour la prochaine Assemblée Générale le samedi 18 février prochain.

galette ACPG 004.JPG

 

30/01/2017

La vengeance du goéland à la salle des fêtes

théâtre villeneuve de la Raho 025.JPG

Vendredi 27 janvier l'atelier théâtre de la Raho a présenté en soirée  à la salle des fêtes sa dernière création: "La vengeance du goéland" d'après "ma main droite" de Gilles Moraton, mise en scène par Karim Arrim. Durant un peu plus d'une heure, 11 acteurs ont joué dialogues et monologues à la fois autonomes et solidaires, traversés par la figure récurrente et mystérieuse de "ma cousine Danielle" dont on ne connaîtra jamais l'identité. Dans cette pièce cocasse, Gilles Moraton propose un inventaire à la Prévert: un saumon, un goéland, la tristesse de la Pologne, des boulons à resserrer, un psychanalyste dans une médiathèque. Une plongée entre burlesque et surréalisme, entre émotion et drôlerie. Cette pièce à sketches semble avoir plu au public qui n'a pas ménagé ses applaudissements, tant aux acteurs qu'à leur metteur en scène.

théâtre villeneuve de la Raho 070.JPG

09:00 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (0) |

28/01/2017

Portrait d'un pâtissier villeneuvois

Michel Vela 001.JPG

C'est l'histoire de Michel, un petit catalan qui aimait trop la crème à la vanille et qui s'en fabriquait en cachette chez lui quand sa maman n'était pas là. Mais un jour, une odeur de vanille qui flottait encore dans la maison le trahit et sa maman intriguée lui fit subir un interrogatoire serré. Après avoir avoué son forfait, il lui fit goûter sa préparation qu'elle ne trouva pas mauvaise et lui conseilla de continuer. C'est ainsi que naquit sa vocation de pâtissier. Tout seul devant sa casserole, les jeudis de vacances, le petit Michel mélangeait des parfums divers à ses préparations que sa maman appréciait de plus en plus. Elle l'encouragea à persévérer et c'est ainsi qu'il partit étudier à la Chambre des métiers de Perpignan. A 17 ans, muni de son CAP, il entra à la pâtisserie Camille rue Antoine Queya, car à cette époque on trouvait rapidement du travail. Il y fit pendant plusieurs mois un apprentissage poussé: la plonge, le ménage, le rangement. Puis enfin les bases proprement dites de la pâtisserie: pâtes à choux, feuilletée, sablée, brisée, génoise, viennoiseries, ainsi que toutes les crèmes, pâtissière, anglaise, au beurre et autres. Comme il avait aussi la tête en l'air, le tout fut ponctué de quelques séries de coups de pied au derrière dont il n'a pas gardé de trop mauvais souvenirs. Et ainsi cuirassé d'un nouveau savoir il fut embauché à Auchan où il apprit l'exactitude et le sérieux. Après deux années il entra chez Tarbouriech au Moulin à vent où il fit la rencontre de sa vie. Il travailla avec le chef pâtissier Robert Barajas qui compléta sa formation en l'initiant à la nougatine et au filage du sucre qui permet de réaliser de belles fleurs colorées. En même temps, devenu ami avec son chef, ils organisèrent de mémorables parties de pêche en mer au cours desquelles ils envisageaient de nouvelles recettes de gâteaux qui firent la réputation de Tarbouriech. Parallèlement, notre pâtissier était devenu un féru de la sardane et chaque dimanche il faisait des rondes avec le Group Catalunya de Perpignan avec lequel il remporta une jolie coupe qui trône encore sur son buffet. Enfin il termina sa carrière aux " Délices de Navarro" du Haut Vernet où il pâtissa durant 20 ans. Aujourd'hui, l'heure de la retraite a sonné et Michel ne pâtisse plus que pour sa famille ce qui fait que de temps en temps l'odeur de la vanille flotte encore dans son quartier.

Michel Vela 002.JPG

10:05 Publié dans Personnalité | Lien permanent | Commentaires (0) |

Le père noël a rendu visite aux enfants du NAP

Chaque année, les enfants du NAP fêtent noël autour d’un gouter gargantuesque de chocolats, boissons, gâteaux et friandises. 2016 n’a pas échappé à la tradition. Le festin allait débuter quand tout à coup les animateurs demandèrent aux enfants de se rendre sur le parking du PIJ. Dehors, un bruit bizarre attirait leur attention. Une surprise de taille les attendait : Le Père Noël était arrivé en tracteur. Les enfants n'en croyaient pas leurs yeux.. Après une entrée triomphante, le Père Noël, accompagné de Madame le Maire Jacqueline Irlès, embrassait et serrait sur son coeur les enfants émerveillés par cette rencontre inattendue. Après une distribution de cadeaux, les enfants se retrouvèrent pour le goûter et un au revoir nostalgique au Père noël. Mais grâce à DJ Loulou qui les a fait danser une bonne partie de l’après-midi, ils n'étaient pas tristes. Une belle initiative orchestrée par les animateurs du service jeunesse de la Commune.

NAP Noël 2017.JPG

 

10:01 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) |

18/01/2017

L'Echappée belle musicale: concert Strauss Tosi

concert Tosi janvier 2017 001.JPG

Dimanche 15 janvier  à 16 h, invité par l’Association « l’Echappée belle musicale » de Jean Claude Mienville,  nouvellement implantée à Villeneuve, Daniel Tosi est venu  diriger l’orchestre du 3èmecycle du Conservatoire Perpignan-Méditerranée à la salle polyvalente. Il a offert pour le bonheur des amateurs des Strauss père et fils, les meilleurs morceaux de ces compositeurs : le Danube bleu, la Valse de l’Empereur, Sang viennois, Roses du sud, Aimer boire et chanter et en bis, l’incontournable  marche de Radetsky. « La musique des Strauss, a expliqué Daniel Tosi est une musique populaire, » légère certes comme en témoigne l’attaque toute en finesse et en douceur des violons dans la « Légende de la forêt viennoise », mais aussi profonde et charpentée par les violoncelles qui évoquent l’humus des sous bois et l’odeur de la mousse. Dans « Roses du sud », la mélodie onctueuse toujours renouvelée évoque l’ouverture des boutons au cours d’une promenade dans la roseraie. « La musique straussienne,  continuait le maestro, est aussi noble et raffinée que les grandes cours européennes auxquelles elle était destinée ». Sang viennois » et la »valse de l’Empereur » l’illustrent en esquissant l’entrée du monarque et de l’impératrice entre deux haies de courtisans qui exhibent robes somptueuses, bijoux fabuleux et sourires de circonstance. La valse, c’est aussi le sens de la fête, la joie et l’évocation des sentiments. Les notes d’ »aimer boire et chanter » pétillent à trois temps et sont comme une lucarne de bonheur pour l’auditeur. Enfin le « beau Danube », roule dans ses flots la richesse et la noblesse de sa mélodie. Le public, debout, ovationna l’orchestre du Conservatoire concert Tosi janvier 2017 016.JPGet réclama par ses bravos la célèbre marche qui clôture tous les concerts du nouvel an viennois. Le chef conduisit les applaudissements du public autant que ses musiciens et le concert s’acheva dans des bravos criés de toute part. Enfin, Jacqueline Irlès, le Maire, remercia les musiciens et l’association l’Echappée belle de Jean Claude Mienville dont la mission est d’offrir à de jeunes musiciens des instruments ou une participation à leurs études supérieures de musique. Si Vienne  était et reste un centre musical européen important, Villeneuve de la Raho qui se propose d’accueillir chaque année un aussi beau concert dans sa salle polyvalente deviendra surement un pôle musical important dans le département. 

concert Tosi janvier 2017 014.JPG

 

09:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |

11/01/2017

Voeux 2017

VOEUX 2017 (1).JPG

Dimanche 8 janvier, clôturant les Fêtes de la Saint julien  et faisant suite au concert spectacle de tangos, s’est déroulée la traditionnelle cérémonie des Vœux à la salle polyvalente  bondée pour l’occasion. En préambule, c’est le conseil municipal des enfants qui exprima  par la bouche de son maire Victorine Montels ses vœux de bonne année à l’assistance. Après avoir eu une pensée pour les absents, décédés ou malades, Jacqueline Irles a souhaité à son tour la bienvenue à l’assistance et remercié les personnalités présentes  à qui elle adressa ses vœux pour l’année 2017. A la suite d’un diaporama rétrospectif de la vie villeneuvoise en 2016 et présentant les deux grands projets du golf et des résidences du Canigou sur la route de Montescot, Madame le Maire a prononcé un discours chaleureux pour féliciter et remercier  tous ceux qui encadrent, animent  et soutiennent les actions des différents services municipaux. En particulier le service jeunesse qui fait que nos enfants, à Villeneuve, peuvent s’épanouir et développer leurs talents. Vœux chaleureux également pour  remercier l’ensemble des acteurs de la commune, des personnels communaux, des membres des différentes associations, sans oublier les artisans, commerçants, enseignants et tous les corps de santé qui, par leur spécificité apportent au village compétence et bien être. En fait, c’est tout le tissu économique, social et culturel qui était à l’honneur. Vœux chaleureux aussi à tous les Villeneuvois dont l’implication citoyenne, dans le cadre de l’environnement, valorise le cadre et la qualité de vie, générant l’attractivité de la commune. Vœux chaleureux devant 1400 Villeneuvois, conviés ensuite à partager la galette des rois et le verre de l’amitié.

VOEUX 2017 (4).JPG

09:00 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |

10/01/2017

Inauguration du pont du Mas Palegry

Samedi 7 à 11h, Jacqueline Irlès et son Conseil Municipal ont inauguré en présence des autorités départementales le nouveau pont du mas Palegry sur le Réart. Ce second pont sur  le ruisseau qui sort de son lit une fois par an a coûté 4,5 millions d’euros financé à 70% par la communauté urbaine et 30% parle Conseil départemental. L’ouvrage mesure 500 mètres de long et permettra aux automobilistes, aux bus scolaires et aux cars de relier la commune à Perpignan par le Moulin à vent. Certes, il reste quelques finitions a précisé Mme. le maire, comme les glissières en béton et de revoir ultérieurement le tracé de la route qui franchit une butte trop élevée au sud de l’ouvrage.  Après avoir remercié les différentes entreprises impliquées dans le projet, Jacqueline Irlès a donné la parole à M.P.Sadourny qui s’est félicité de «  l’ intelligence collective qui a permis de lancer ce pont plutôt que d’élever de nouveaux murs dans la collectivité ».  Ph.L.

pont Réart 002.JPG

09:00 Publié dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0) |