16/09/2014

L'âme russe du Trio Crescendo

 

image.jpeg

Samedi 13 septembre à 18h, le public de la chapelle saint Julien a pu goûter et applaudir      "l'âme russe" illustrée par le trio Crescendo. Cet ensemble permanent s'est donné pour mission voilà une quinzaine d'années d'explorer le répertoire de trio avec piano, répertoire riche s'il en fut. Il se compose de la pianiste Marie Christine Guichot, médaille d'or du Conservatoire de Toulouse, Christine Brunschwig qui  étudia le violoncelle à l'Ecole Nationale de Musique de Pantin-Romainville dans la classe d'Isabelle Veyrier, y obtint la Médaille d'Or à l'unanimité, puis de nombreuses récompenses dans différents concours célèbres et le violonisteMartin Brunschwig, Médaille d'Or et Prix d'Honneur au CNR de Versailles. Le concert débuta par une œuvre pour piano de Modeste Moussorgski: Une Larme qui fut toujours jouée par les plus grands interprètes. Ce morceau, véritable plainte de l'âme d'une sobriété saisissante date de quelques mois avant sa mort en décembre 1880.Marie Christine Guichot interpréta ensuite avec une intense musicalité l' Etude Tableau n°8 de l'opus33 de Sergueï Rachmaninov. Au nombre de 17, ces pièces sont de véritables tableaux pouvant évoquer des scènes (une fête foraine), des histoires (le petit chaperon rouge)... Mais le compositeur a toujours refusé de les titrer et a préféré laisser ses auditeurs et interprètes donner libre cours à leur imagination pour mieux rêver sur sa musique. Enfin, le trio Crescendo interpréta le célèbre Trio en la mineur op 50 de Piotr Tchaïkovsky dont le 1er mouvement comporte une superbe ouverture au violoncelle. Le second mouvement est incontestablement la pièce pour piano de Tchaïkovski la plus difficile à jouer et son final au lyrisme stupéfiant déclencha l'ovation du public qui avait rempli la chapelle à cette occasion.

 

09:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.