29/06/2014

conférence pour les plus jeunes...et les autres

conf. Guerrero 004.JPG

Jeudi 26 juin, les classes de CM1 et CM2 du groupe scolaire sont venues à la salle des fêtes avec leurs enseignants pour assister à la conférence du Colonel Gerrero, Délégué général du Souvenir Français en 66, sur les changements intervenus dans la société française au niveau de l’armement, de la médecine et du rôle des femmes pendant la guerre de 14-18. Vivement intéressés par l'exposition des 52 tableaux prêtés par l'ONAC retraçant le quotidien du soldat de l'époque, les élèves n'ont pas manqués de poser des questions pour le moins pertinentes: "combien pesait le fusil des poilus ? Qu'est-ce qu'ils mangeaient? À quoi servait les bandes moletières? Par ses réponses appropriées, le colonel Guerrero a satisfait la curiosité des élèves et en a même étonné plus d'un. Notamment sur l'évolution des soins et de la médecine  (apparition de l'aseptie, des gants chirurgicaux, de la greffe de peau et de la transfusion sanguine directe de bras à bras). L'apparition de nouvelles armes captiva particulièrement  l'attention: L'avènement des gaz toxiques, des chars d'assaut et de l'aviation. Les Britanniques furent les premiers en 1916 a aligner des chars lourds et peu efficaces. Il fallut attendre 1918 pour voir apparaître le  FT17, premier char français fabriqué par les usines Renault. Dans l'aviation, les avions avaient pour usage premier la reconnaissance visuelle. Peu à peu ils servirent au bombardement et à la chasse. Le mitrailleur se servait d'un fusil et tirait en rase-mottes sans faire beaucoup de dégâts. C'est Roland Garros qui imagina un dispositif permettant à une mitrailleuse de tirer à travers l'hélice. Quelle surprise pour les jeunes: Roland Garros n'était pas un champion de tennis mais un as de l'aviation!  Le colonel Guerrero tint aussi à parler du rôle des femmes. "En 1914 la France était un pays à moitié rural. Une fois les hommes sur le front, c'est à elles qu'il incombe de prendre en charge la vie de la ferme, les enfants, les personnes âgées. Elles deviennent aussi infirmières bénévoles, travaillent dans les usines, conduisent les tramways, les taxis, deviennent facteurs, sans pour autant devenir citoyennes puisqu"elles n'ont toujours pas le droit de vote". Ainsi par sa conférence, Antoine Gerrero a fait comprendre aux plus jeunes que ce douloureux passé a préparé leur présent et leur avenir: "c'est un héritage gratuit qu'il faut transmettre" a-t-il conclu.                               

conf. Guerrero 001.JPG

09:00 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.