08/05/2014

L'USBV communique

Comment ne pas s'indigner du sort réservé à nos équipiers premiers face à une telle parodie de fin de match qui nous a opposés à l'équipe de l'ES Prats pour le compte de la demi-finale 2ème série (permettant l'accession à la finale du Roussillon et aux phases finales du championnat de France). A la 75ème minute un ballon rapidement joué par notre n°13 de nos 22 mètres conduit après plusieurs temps de jeu à l'essai victorieux qui aurait dû propulser l'USBV en finale sur le score de 25 à 23. Aussi bi-polaire qu'il soit, l'arbitre central avec l'accord de son jeune acolyte arbitre de touche valide l'essai en question d'un bras levé et d'un coup de sifflet qui scelle le sort du match.

Aussitôt le soigneur, premier magistrat de Prats, s'exécute avec l'aide de plusieurs colistiers et sortent de leur carré respectif avec le délégué (sous les yeux du président de la commission des règlements qui a formellement et strictement contre indiqué son franchissement ); Ils s'en prennent  délibérément , comme en terrain conquis, aux jeunes arbitres en leur promettant de leur faire avaler leur sifflet s'ils n'annulent pas l'essai. S'ensuit un retour honteux de la décision actée et une annulation pure et dure de l'essai afin que les principaux concernés s''assurent une sortie sans accrocs au vue de l'ambiance générale ( jet de cannettes sur le buteur de l'USBV peu après ) pour le motif d'un 2ème ballon sur l'aire de jeu !

Fin du match, un recourt est expressément demandé, qui ne laisse aucun doute face à la désinvolture et le manque d’intérêt des référés quant à l'issu du match. Recours lamentablement taxé d'irrecevable et la commission sportive des règlements qui n'en détient que le libellé couvre ses hôtes et leurs préjudices.

Cette même commission qui diplomatiquement fait paraître l'information dans le quotidien local, ouvre le parapluie se cachant derrière un article de loi et envoie sa décision par lettre recommandée sans aucune explication et appel au responsable du club.

La coupe est pleine, viennent s'ajouter d'autres épisodes aux affaires d’équités sportives inconcevables, où transparence et impartialité sont largement éprouvées.

Comment au cours d'un match de poule face à cette même équipe, un joueur de Prats n'écope seulement que de 5 matchs de suspension après avoir assené un coup de pied à un joueur au sol occasionnant une fracture du nez et un vingtaine de point de suture? Presque autant que pour un de nos joueurs pour un coup de poings sur bagarre générale.

Paranoïaques sommes-nous quand l'USBV demande 2 arbitres de touche officiels pour une rencontre USBV / Ponteilla et nous livre sur un plateau deux référés aux affinités certaines avec le club adverse.

Les questions se posent ; Faut-il se transformer en plantigrade rageur et arbitrer soi-même une rencontre ? Faut-il dépêcher un membre du club à la commission de discipline?

Nous sommes indignés; peut-être le président du comité aura-t-il l'amabilité de nous rencontrer sans que cette requête soit irrecevable comme il l'a annoncé à son début de mandat?

Effectivement le feu couve, écœurant nos plus fervents bénévoles au service du rugby, eux! Faut-il rendre les clés du stade, voir des stades. A qui saura nous entendre!

20:15 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.