12/07/2013

14 juillet avec Marianne

inauguration coeur de ville 006.JPG

D’un même pas martial, tous les 14 juillet, la France fête sa République.

A Villeneuve de la Raho, on défile comme partout ailleurs, mais c’est Marianne qui ouvre le ban et draine à sa suite tout ce que le village compte d’élus ou d’amoureux de la tradition. Et l’on peut voir de la mairie au monument aux morts un buste opulent et colorié défiler sur de robustes épaules au son de la fanfare.Marianne 2.jpg

Cette Marianne fut sculptée en 1889 par un Biterrois du nom d’Enjalbert Nicolas à qui la municipalité d’alors avait passé commande car elle voulait commémorer le centenaire de la Révolution française à l’aube de la IIIe République. Le sculpteur Enjalbert, étant né à Béziers, on entend bien souvent parler de ce modèle sous le nom de « Marianne de Béziers ». Les nombreuses copies de la Marianne d’Enjalbert furent à l’époque distribuées par wagon, le long des voies de chemin de fer reliant les préfectures à Paris.

Le préfet des Pyrénées-Orientales en distribua généreusement à bon nombre de communes du département. Ce qui explique que ce type de buste soit si largement répandu. La Marianne d’Enjalbert est une patriote au bonnet phrygien, orné d’une cocarde. Elle porte autour du cou un collier assez épais  gravé d’écailles, rappelant la cuirasse qui rendait invincible la déesse guerrière Athéna. Au centre, une gueule de lion rugissant renvoie au lion de Némée, vaincu par Hercule. Le visage de Marianne est énergique, le front bombé et les pommettes hautes. Sa bouche, entrouverte, semble prête à entonner le premier couplet de la Marseillaise…

Plus tard, Jean Malé un autre artiste, villeneuvois celui-là, la rafraîchit d’un pinceau républicain aux couleurs de notre drapeau. Il la badigeonna d’une robe d’un bleu turquoise étonnant, barrée d’une éclatante écharpe municipale. Enfin, cet imposant symbole fut dernièrement restauré par Henri Dufay, sculpteur céramiste à Villeneuve.  C’est ainsi que depuis plus d’un siècle Marianne préside au défilé de notre fête républicaine. Détail amusant, elle ne commémore pratiquement plus l’anniversaire de la Fédération de 1790 mais plutôt la volonté laïque d’anciens villageois d’opposer aux processions chrétiennes de la Fête Dieu et autres Rogations un défilé républicain honorant sa « sainte » révolutionnaire.

En d’autres temps cette Marianne défiait les saints du cru et surtout le ministre des cultes qui, comme chacun croyait le savoir, était forcément un adversaire issu de l’obscurantisme des siècles passés.  Le journaliste Pierre Bonte, le professeur Maurice Agulhon ont manifesté pour ce cortège  laïque un intérêt certain. Pierre Bonte a souligné la rareté de l’événement. Dans les Pyrénées-Orientales, les localités de la Bastide et de Boule d’Amont font elles aussi processionner Marianne, reine d’un jour symbolique, dans les rues ensoleillées du 14 juillet… 

16:39 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.